manifestation foule
Lifestyle

La 6e règle d’or du zéro déchet

Vous avez sûrement entendu parler de la fameuse règle des 5R de Béa Johnson, qui vise à réduire naturellement et méthodiquement ses déchets. Mais il y a une 6e règle, peu connue mais tout aussi essentielle, car elle permet d’accélérer et d’amplifier considérablement la démarche zéro déchet.

Il s’agit de l’étape Revendiquer !

Que ce soit auprès de ses proches, en faisant ses courses ou lors d’une manifestation, chaque occasion est bonne pour faire entendre sa voix afin de faire connaître la démarche zéro déchet. Voici quelques pistes pour Revendiquer :

« Nous n’avons pas besoin d’une poignée d’individus parfaitement zéro déchet, nous avons besoin de millions de personnes imparfaites mais qui font de leur mieux. »

Anne-Marie Bonneau, cheffe zéro déchet

Partager son expérience

Que l’on soit débutant ou expert en zéro déchet, on peut devenir un véritable porte-parole de ce mouvement et être à l’origine de belles initiatives, tels que des rencontres, des échanges, le partage des informations et des savoir-faire. Voici quelques idées pour partager son expérience zéro déchet :

1. Être actif sur internet

On peut partager des conseils et astuces sur les réseaux sociaux, dans les groupes Facebook et les forums. Mais aussi créer sa page Facebook, Instagram, Pinterest et Twitter si on est motivé(e) pour partager du contenu régulièrement et bâtir une réelle communauté zéro déchet. Et pour ceux et celles qui sont vraiment passionné(e)s, comme moi, on peut carrément créer un blog en 5 minutes (enfin presque)… Et je vous rassure, c’est plus facile qu’on ne le croit !

2. Animer des ateliers zéro déchet

On peut aussi exploiter ses compétences et les mettre au service de la communauté, en organisant différents ateliers chez soi ou dans un café :

  • Atelier couture pour réaliser ses propres lingettes démaquillantes, serviettes hygiéniques, sacs en tissus pour le vrac, ect.
  • Atelier pour réaliser ses produits ménagers ou cosmétiques maison
  • Cours de cuisine pour apprendre à cuisiner les épluchures au lieu de les jeter au compost
  • Stage de cueillette, pour apprendre à reconnaître et cuisiner les plantes de nos villes et de nos campagnes.
  • Atelier compost pour savoir choisir son composteur et comment composter
  • Etc.

3. Créer sa micro-entreprise

Si on a un talent ou un savoir-faire, on peut carrément créer sa micro-entreprise et vendre ses créations ou des formations qui promeuvent le zéro déchet. Ça peut être justement des créations couture, un e-book de recettes anti-gaspi, formation de permaculture, ect. qu’on peut vendre facilement sur différentes plateformes, telles que Leboncoin, Etsy, Marketplace, Vinted…

mamie grand-mère qui apprend la pâtisserie à sa petite-fille cuisine

“La vrai question n’est pas de savoir si je peux y arriver mais si je suis prêt à essayer.”

Colin Beavan, No impact man

Faire preuve de pédagogie

À tout moment et pour chaque action, on peut être un ambassadeur du zéro déchet. Il ne s’agit pas de donner des leçons, mais de donner à réfléchir, d’inspirer les gens en leur donner envie de s’y intéresser eux aussi. Ça commence par une bonne communication, que ce soit au sein de son foyer, avec ses proches et à l’extérieur, avec ses collègues de travail ou encore faisant ses courses.

1. Dans son foyer

On peut sensibiliser au zéro déchet à la maison dans diverses situations :

  • Avec ses voisins, en leur offrant à goûter des recettes anti-gaspi
  • Lorsqu’on reçoit du courrier “indésirable”, on peut contacter l’expéditeur et lui demander de ne plus nous envoyer de courrier (ou alors privilégier le mail). On explique gentiment sa démarche.
  • Pour organiser l’anniversaire de son enfant, on peut demander aux mamans des “éco-cadeaux” (faits-maison, d’occasion, recyclés sans emballage). Ça demande de se creuser un peu la tête, mais ça développe la créativité et devenir un vrai jeu pour les enfants !
  • Etc.

2. Avec ses proches

Je crois bien que c’est avec mes proches que j’ai le plus de mal à vivre le zéro déchet, car ça implique de bousculer leurs habitudes. Et des fois ça m’embête de refuser un habit neuf offert avec son cintre et un joli paquet cadeau ! Il m’est même déjà arrivé de recevoir un gigantesque colis rempli d’une panoplie de fringues neuves pour bébé, de jouets en plastique, d’échantillons de produits divers, bref la totale ! Ce jour-là, je me souviens, j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps, seule sur mon canapé, entourée de tous ses objets issus de la grande consommation. Le truc, c’est qu’il faut mettre en avant le côté ludique et pratique du zéro déchet. Voici quelques exemples de situations :

  • Pour les fêtes ou un anniversaire, on peut offrir à ses proches un cadeau zéro déchet pour les initier en douceur (livre, kit, bon pour un atelier, une expérience)
  • On peut organiser un dîner anti-gaspi avec ses amis, en les faisant participer en cuisine, en animant des quizz sur la réutilisation de certaines épluchures, ect.
  • Si on attend un bébé, on peut prévoir une liste de naissance zéro déchet et mettre le paquet sur les couches lavables !
  • Etc.

3. À l’extérieur

On peut faire entendre nos préoccupations à des moments clé lorsqu’on est à l’extérieur, tout en mettant en lumière les bénéfices économiques de la démarche zéro déchet à son interlocuteur :

  • Lorsqu’on fait ses achats, après avoir refusé les sacs jetables et le ticket de caisse évidemment, on en profite pour expliquer sa démarche zéro déchet au commerçant. On peut même lui suggérer des alternatives, en mettant l’accent sur les économies qu’il ferait si n’avait pas recours à tous ces produits jetables.
  • À la crèche, on peut animer un atelier sur les couches lavables pour les parents intéressés et à l’école, on peut sensibiliser au gaspillage alimentaire à la cantine.
  • Au travail, on peut réfléchir à mettre en place des éco-gestes (réduire sa consommation d’énergie, les ressources comme le papier). Si on travaille pour une grande entreprise, on peut s’investir et prendre part à la RSE de celle-ci !
manifestation écologie no plant b manifestant zéro déchet

« Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin. »

Proverbe africain

Militer pour faire entendre sa voix

On peut aller encore plus loin pour faire bouger les choses à l’échelle nationale, voire mondiale, en participant à la vie démocratique ou en rejoignant des organisations, comme des associations qui ont plus d’impact auprès des politiques et des industriels.

1. Participer à des événements éco-citoyens

Il y de plus en plus dévénements qui ont une charte éco-responsable. C’est le cas du Festival We Love Green (énergie solaire 100% renouvelable, restauration à base de vaisselle 100% compostable, des toilettes sèches, pas de parking pour inciter les gens à venir à vélo ou avec les transports en communs). Sinon, on peut participer à des actions concrètes qui sensibilisent au problème des déchets, comme les sessions de ramassage des déchets en montagne, à la plage ou dans sa ville, organisées par la Fondation Surf Rider. Pour finir, une autre idée sympa est de s’inscrire à un défi zéro déchet en famille pour s’initier aux bonnes pratiques, tout en étant accompagné par des professionnels (se renseigner auprès de sa mairie).

2. Auprès des politiques

Déjà ado, j’étais choquée de voir des tonnes de denrées alimentaires encore consommables, jetées à la poubelle. Il m’arrivait même de fouiller dans les poubelles de chez Paul, pour sauver des invendus ! Ah la belle époque ! Plus tard, j’ai signé une pétition sur Change.org pour qu’une loi règlemente le gaspillage alimentaire. Je me sentais tellement heureuse de contribuer à un changement profond de la société.
Qu’on se l’dise, c’est bien beau de faire ses courses zéro déchet, mais certaines actions ont véritablement un impact à grande échelle.
Sinon, on peut voter pour un candidat qui a des préoccupations liées à la gestion des déchets. Voire se présenter aux élections et s’engager en politique !

3. Auprès des fabricants

Les marques sont à l’écoute des consommateurs, car elles ont intérêt à bien cerner leurs attentes. Et vous savez pourquoi ? Parce qu’on a le pouvoir d’achat et contrairement à ce qu’on peut penser, on pèse dans l’game ! Et c’est encore plus vrai aujourd’hui avec les réseaux sociaux. Les marques engagent des experts en marketing digital et des community manager pour savoir ce que veulent les consommateurs et être au plus près d’eux pour engager la discussion. Alors, si on ne veut plus d’emballage plastique, il faut le faire savoir ! Pour ce faire, on peut envoyer des suggestions aux marques (par courrier, mail ou directement sur les réseaux), afin qu’elles puissent trouver des alternatives au objets jetables.
Si cette idée vous intéresse, sachez que Béa Johnson propose dans son livre Zéro Déchet, un exemple de suggestion par mail qu’on peut envoyer aux marques.

Vous avez maintenant plusieurs pistes pour Revendiquer et faire entendre votre voix, tout au long de votre aventure zéro déchet !

Avez-vous aimé cet article ? Faites-le moi savoir en commentaire 🙂


Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *